Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Psychanalyse au jour le jour.

C'est à dire....

Publié le 1 Mai 2013 par Houbron

Si on accorde de la valeur à la parole.

Si on accorde quelque valeur à sa parole.

Si on veut que ce que l'on dise ne tombe pas dans l'oreille d'un sourd ...

Par cette parole adressée on peut arriver à entendre ce qu'on dit à celui qui vous écoute,

c'est à dire... C'est à dire que l'on dit,

c'est à dire qu'au fil de son dire l'on peut se faire entendre et s'entendre dire...

c'est à dire qu'à partir de la demande initiale d'être écouté on peut s'écouter, devenir réceptif à ce que l'on exprime, pense, rêve....

Et, au fil du temps, commencer à s'entendre, entendre ce qui s'est tissé dans les mots, se noue et se dénoue en parlant, par la mise en mouvement de ce qui se met en mots par la libre association des pensées énoncées qui viennent à l'esprit.

Arriver à s'entendre c'est littéralement mieux s'entendre avec soi, apaiser le conflit, faire avec, le conflit psychique qui prend la forme du doute, du manque de confiance en soi, de la crainte, du renoncement... Le conflit psychique peut se manifester aussi par le corps et par les sensations, fatigue, ennui, tristesse, lassitude etc. Entendre que les mots et plus particulièrement les "signifiants" que l'analysant adresse à l'analyste sont tissés avec tout ce que le sujet a vu et entendu, entendu sur lui, ce qu'il s'est dit, et avec quoi il s'est constitué.

La place du psychanalyste n'est donc pas celle d'un "dialogueur" si ce n'est dans un dialogue avec le sujet de l'inconscient qu'il s'agit de pointer quand à travers le discours de l'analysant, ce dernier peut prendre conscience que c'est là que ça parle.

La place du psychanalyste n'est donc pas celle d'un interviewer, ou d'un conseiller, elle vise à rendre le sujet sensible à ce qu'il dit, à saisir ce que révèle sa parole à son insu.

Si on accorde quelque valeur à sa parole...

 

 

C'est à dire....
Commenter cet article